Le logement, ce facteur aggravant des inégalités

Désireux d’accueillir des personnes fuyant notamment les zones de guerre, le Luxembourg se heurte encore et toujours au manque d’hébergement. Une réalité qui pousse les autorités à créer un turn-over dans les structures d’accueil, ce qui encourage la pression sur le marché immobilier.

Le démantèlement de la structure d’accueil de bénéficiaires de protection internationale (BPI) sur le site de l’ancienne maternité du CHL s’est effectué discrètement. Mais le fait illustre en partie la délicate position du Luxembourg en matière d’accueil des réfugiés. Car si le pays affiche sa volonté de «s’engager pour une politique migratoire et d’accueil humaine» en hébergeant sur son territoire des ressortissants venus de Syrie, d’Érythrée ou du Soudan, il peine à offrir des conditions de vie équitables à ces nouveaux venus, pourtant dotés exactement des mêmes droits que les autres résidents.

Jean-Michel Hennebert, 29.07.2021, Wort.lu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.