Latest News

Wunne wärend dem Studium – e Luxus?

Vill Studente kréie keng Wunneng an engem vun de Studentenheemer an der Géigend vun der Uni, wat deelweis mat wäiten Trajete verbonnen ass.

Voll Studentenheemer, laang Waardelëschten an horrend Präisser um privaten Immobiliëmarché. De Manktem un abordabele Wunnengen ass en nationale Problem, dee Studente besonnesch haart trëfft. An och elo, bal zwee Méint no der Rentrée, ass d’Wunnen nach ëmmer en Thema op der Uni.lu.

[…]

Vidosava Kuzmic, RTL Tëlé, 09.11.2022

Living while studying – a luxury?

Lots of students are not able to get housing in student halls around their campus, which then often leads to long journeys back and forth.

Full student residences, long waiting lists and outrageous prices on the private property market. The lack of affordable housing is a nationwide problem that hits students particularly hard. And even now, almost two months after school started, housing is still an issue at uni.lu.

[…]

Vidosava Kuzmic, RTL Today, 10.11.2022

« Fir eis ass de Logementsministère an engem Widdersproch »

En Donneschdeg de Moie war de Fabio Spirinelli vum Mieterschutz eisen Invité vun der Redaktioun.

Méi Transparenz an eng Brems fir d’Locatiounspräisser, esou wier dat neit Bail-à-Loyer-Gesetz zwar virgestallt ginn, ma dat géing sech d’Mieterschutz ASBL vum Gesetzesprojet awer net erwaarden, esou de Fabio Spirinelli. Et wär gutt, dass dat investéiert Kapital méi genee definéiert gëtt an dass et muss am Kontrakt stoen. Och dass de Prozentsaz, fir de Loyer ze berechnen, reduzéiert gëtt, begréisst de Fabio Spirinelli. Dat neit Gesetz gesäit vir, dass de Loyer op 12 Méint net méi héich dierf si wéi 3,5 Prozent vum investéierte Kapital. Aktuell ass et 5 Prozent. Bei manner gutt isoléierte Logementer wier den Taux an Zukunft bei 3 Prozent.

[…]

Monica Camposeo, RTL Radio, 03.11.2022

La réforme contre les loyers abusifs risque de faire… augmenter des loyers!

La réforme de la loi sur le bail à loyer ne ralentirait absolument pas la hausse des prix des loyers, bien au contraire, affirme l’ASBL « Mieterschutz Lëtzebuerg ». Dans certains cas le loyer maximum augmenterait même fortement.

La réforme de la loi sur le bail à loyer, que le ministre du Logement, Henri Kox, a présentée début octobre, devrait en théorie apporter davantage de transparence pour les prix des logements locatifs et de manière générale, une meilleure protection.

[…]

Romain Van Dyck, RTL.lu, 18.10.2022

D’Bail à Loyer-Gesetz wier eng Mogelpackung, esou de Reproche

D’Reform géif déi ëmmer méi héich Loyerspräisser absolut net bremsen, am Géigendeel.

Méi Transparenz fir d’Präisser vun de Locatiounswunnengen, an allgemeng e bessere Schutz: dat soll d’Reform vum Bail-à Loyer-Gesetz mat sech bréngen, dat de Logementsminister Kox Ufank des Mounts virgestallt hat.

[…]

RTL.lu, 18.10.2022

Communiqué de presse: La réforme du bail à usage d’habitation – un emballage trompeur

Les discussions récentes autour de la réforme du bail à usage d’habitation ont interpellé le Mieterschutz Lëtzebuerg. En effet, nous exprimons notre mécontentement et notre stupeur quant au nouveau modèle de calcul du capital investi proposé par le ministère du Logement.

A première vue, la réduction du taux du capital investi de 5% à 3,5% resp. 3% pour calculer le loyer annuel maximal paraît comme une nouvelle positive, surtout en raison de la forte hausse des prix des logements et donc aussi du capital investi.

Il s’avère que le gouvernement et le ministère du Logement ne semblent pas réaliser la difficile situation de nombreux locataires dans le pays et ont capitulé devant des revendications pour rendre la location encore plus rentable, alors que nous traversons des crises et qu’il existe un manque cruel de logements abordables.

A cause du nouveau tableau des coefficients proposé pour le calcul du capital investi réévalué, tel que présenté par le ministre Henri Kox il y a plus d’une semaine, la réforme ne va nullement créer un frein efficace à la hausse des loyers – une hausse qui dépasse celle du pouvoir d’achat des ménages, surtout des plus défavorisés.

Au contraire, le nouveau modèle de calcul élève même la limite du loyer légal ! Cela a été admis par le ministère du Logement dans un communiqué du 12 octobre.[1] Le capital investi ne correspond plus à ce qui a été réellement investi, mais est plus proche de la valeur du marché d’aujourd’hui. Cela crée une situation où le loyer maximal légal est effectivement plus réduit pour des constructions récentes, mais l’inverse est le cas pour des logements acquis il y a 10 ans, voire des décennies.

Dans le cas des constructions plus anciennes, la différence est troublante. Pour un logement fictif construit et acheté en 1980 pour 170.000 euros, avec des améliorations de 50.000 euros en 2010, et donné en location en 2020, la limite actuelle correspond à 1870 euros. Le nouveau modèle permettrait un maximum de plus de 3.900 euros ! Et cela dans l’hypothèse d’un logement de classe d’efficacité thermique inférieure. Il suffit de comparer les résultats dans les deux calculateurs Excel que le ministère propose.[2] Selon nos calculs, nous avons pu constater des limites légales 2 à 3 fois plus élevées que celles actuellement en vigueur.

Nous nous interrogeons comment le ministère veut éviter les loyers abusifs, surtout pour des logements plus anciens de 5 ou 6 ans, qui constituent actuellement la majorité sur le marché locatif privé. Le ministère du Logement doit absolument revoir le système proposé dans sa réforme. Il n’est pas tenable de proposer un système qui permet des limites dépassant largement celles actuellement en vigueur.

Le comité du Mieterschutz Lëtzebuerg

17.10.2022


[1] https://logement.public.lu/fr/actualites/2022/10/10richtigstellungzueineraussagevonhernnlies.html

[2] Pour le système actuellement en vigueur, voir : https://logement.public.lu/fr/proprietaire/logement-location/bail-loyer0.html. Pour le nouveau système : https://logement.public.lu/fr/politique/lareformedelalegislationsurlebailausagedhabitationrevueetcompletee.html

Interdiction des expulsions jusqu’en mars 2023

Mieterschutz Lëtzebuerg tient à informer que le Conseil de Gouvernement, dans sa réunion du 30 septembre, a marqué son accord pour un projet de loi qui interdira l’expulsion des locataires jusqu’au 31 mars 2023.

Ce projet de loi devra encore être voté à la Chambre des Députés.

Voici l’extrait du communiqué officiel du Conseil de Gouvernement:

« Le Conseil a marqué son accord avec le projet de loi portant suspension temporaire des déguerpissements en matière de baux d’habitation. Ce projet de loi propose de suspendre l’exécution des déguerpissements en matière de baux d’habitation jusqu’au 31 mars 2023, tenant compte des pressions inflationnistes, afin d’éviter que des familles et personnes se trouvent du jour au lendemain à la rue durant la période hivernale avec une quasi impossibilité de retrouver rapidement un nouveau logement au vu de leur situation économique indubitablement difficile. »

Mieterschutz Lëtzebuerg a.s.b.l., 07/10/2022